Alixire - Site Officiel

Où trouver mes oeuvres

Pour me suivre

A vue d'oeil

Départ au noir, l'image première, un autoportrait, apparaît  par transparences successives comme un voile qui s’efface. Puis, on entre dans l’image en se rapprochant de l’œil. L’évolution est lente, l’image se balade un peu, flâne, propose des visions inédites. On se rapproche encore et l’on perd le sujet. La flânerie se prolonge dans des formes mouvantes. On s’avance toujours, jusqu’à se perdre dans le noir de la pupille, la boucle est bouclée. La bande son est construite à partir d’expressions qui font référence à l’œil. Je les ai classées par ordre alphabétique pour ne pas avoir à choisir et parce que j’aime bien le carambolage de sens que cela peut créer. Enregistrée sur plusieurs pistes qui se superposent, la liste fait comme une musique de mots qui auraient perdu une partie du sens. Prolifération des images, rythme du débit, modification de la perception, ma voix et mon œil créent un kaléidoscope visuel et sonore où l’identité se perd.
L’autoportrait photographique est doublement une image incarnée. Incarnée parce que photographique qui renvoi donc, nécessairement à quelque chose de réel qui a été présent devant l’objectif. Incarnée parce que réalisée par l’objet représenté, cet auteur qui apporte, dit-on, une vision intérieur, unique.
Ainsi, l’autoportrait photographique serait la double preuve d’un « ça a été », celui cher à Barthes ; la preuve de ce référent photographique. Mais justement, ma démarche ici est de mettre en doute cette évidence. Je veux brouiller cette certitude, créer le trouble, faire douter de ce référent photographique. Le faire perdre de vue par un lent processus, comme une danse magique qui mènerait vers …
L’œil dit-on, est le « miroir de l’âme ». Trouve-t-on cette âme lorsque l’on s’en approche à le perdre ?
Techniquement, l’autoportrait est la seule image de cette vidéo. Je l’ai répété, transformée, modifiée, rephotographié sous des angles différents. Mais toujours c’est  la même, elle est le support unique.
J’ai donc réalisé un monstrueux diaporama de 326 fois la même image. J’aime cette idée de revenir, par la construction, aux sources de l’image animée.

Alix Colmant Artiste Plasticienne

Alix Colmant Artiste Plasticienne